Moulin de Benarosa

Le moulin de Benarosa appartient au groupe des “moulins fluviaux”, situés sur les rives urbaines du Guadaíra. Technologiquement, il s’agit d’un moulin à roue, dans lequel l’eau retenue par un déversoir converge dans les “cubos”, des passages étroits à l’intérieur desquels se trouvaient les rodeznos, des roues hydrauliques qui déplaçaient les pierres chargées de moudre le grain.
C’est l’une des rares à conserver une toponymie d’origine andalouse (Banu Arusa) qui, avec les références documentaires, permet d’établir son origine avant la conquête castillane du XIIIe siècle.

La première mention du moulin remonte à 1253, lorsque Alfonso X fit don à “Don Pedro Pérez, notaire de la reine Juana, d’une maison de moulins avec son barrage et l’étang dont il est propriétaire, qui se trouve au-dessus d’Alcalá de Guadaíra et qui s’appelait le moulin d’Abén Aharoça à l’époque des Maures”.

Comme pour les autres moulins du Guadaíra, il ne reste plus rien aujourd’hui du moulin andalou, car le bâtiment que nous voyons aujourd’hui est le résultat de transformations et de reconstructions réalisées entre le XVIIe siècle et le milieu du XXe siècle. Cependant, le moulin de Benarosa présente certaines particularités qui le rendent unique dans la zone meunière d’Alcalá. Le bâtiment est organisé autour d’une grande tour quadrangulaire, qui servait de lieu de stockage et d’habitation. Dans le sens du flux, un hall sert de zone de chargement et de déchargement des céréales et de la farine déjà moulues. Au-dessus du ruisseau se trouve la salle des moulins, avec un toit à pignon, où se trouvent les quatre meules.
Probablement à partir des XVIIe et XVIIIe siècles, le grand barrage (reconstruit en 1998) retenait l’eau jusqu’aux seaux, de la même manière que les autres moulins situés sur les rives de la rivière. Cependant, en amont des godets, il y a un grand bassin de forme trapézoïdale, qui a été supprimé, mais qui indique peut-être une époque antérieure dans la technologie du moulin. Il n’y a pas d’autres exemples de “moulins à balsa” dans le Guadaíra, bien que l’on en connaisse ailleurs, par exemple dans la région du Levant. Dans ces cas, les moulins à radeau sont généralement datés des XIVe et XVe siècles, et il est donc possible que le radeau de Benarosa soit le seul vestige visible du moulin de la fin du Moyen Âge. Dans ce modèle technologique, le bassin agit comme un “trop-plein”, avec une pente dirigée vers les godets qui permet d’accentuer la force hydraulique pour faciliter le mouvement des roues.

Au-dessus du niveau d’inondation, sur la rive droite, se trouve la “maison du meunier”, un simple bâtiment rectangulaire utilisé comme habitation et entrepôt jusqu’à la fin du cycle de la meunerie à Alcalá au milieu du 20ème siècle.