Le fossile de cétacé d’Alcalá de Guadaíra, vieux de 6,4 millions d’années, est de nouveau exposé au musée de la ville.

En tant qu’attraction pour le musée dans son travail éducatif et informatif sur le patrimoine local, il est récupéré pour compléter la section sur l’aménagement paysager du 19e siècle du point de vue des chercheurs et des érudits en géologie.

La mairie d’Alcalá de Guadaíra récupère le fossile de cétacé de 6,4 millions d’années trouvé dans la zone de La Aceña, qui présidait l’exposition ” Alcalá avant l’homme ” et était devenu un élément phare de l’histoire d’Alcalá, notamment pour son attrait auprès des écoliers, pour des visites au musée de la ville à partir du lundi 11 mars.

C’est ce qu’a annoncé le délégué au patrimoine et aux musées, Christopher Rivas, accompagné du découvreur et propriétaire de la collection de fossiles, Joaquín Cárdenas Carretero, en soulignant l’importance de ces vestiges pour la diffusion du patrimoine local. Ce fossile est devenu un élément de l’identité locale au cours de la dernière décennie et, en fait, ce sont les écoliers de la ville qui l’ont “baptisé” “Perla” dès sa première exposition en 2012, bien qu’il ait suscité l’intérêt non seulement des visiteurs, mais aussi des chercheurs internationaux, y compris du Japon.

L’hôtel de ville possède une vaste collection de paléontologie qui, pour des raisons d’espace, ne peut être exposée en permanence. C’est pourquoi, comme l’explique M. Rivas, “nous avons profité de l’occasion pour rouvrir l’exposition, en la reliant au panorama de l’attraction des voyageurs, des peintres, des érudits et des scientifiques qu’Alcalá a accueillie au XIXe siècle”. Bien que le rez-de-chaussée du musée abrite actuellement l’exposition “Le temps des paysages. Peintres de l’école d’Alcalá de Guadaíra, 1850- 1950″, Alcalá a également suscité à cette époque l’intérêt d’autres types de professionnels qui ont observé les paysages d’un point de vue géologique, la nature des sols et des roches, les systèmes de la faune et de la flore, questions sur lesquelles les panneaux explicatifs et la baleine elle-même sont très illustratifs et complètent un autre aspect de cette période du XIXe siècle d’études méticuleuses qui ont donné lieu à des cartes, des dictionnaires et des descriptions géologiques d’Alcalá”.

A propos du fossile

Cárdenas Carretero a rappelé qu’il s’agit d’un fossile de cétacé de la famille des Balaenopteridae du Messinien supérieur (plus de 6,4 millions d’années). Les restes proviennent d’un jeune spécimen de 5,5 mètres qui, à son développement maximal, aurait pu atteindre 8 ou 9 mètres de long. Des parties des vertèbres lombaires et caudales, des vertèbres cervicales, des disques intervertébraux et de l’apophyse rachidienne sont conservées. Le membre supérieur présente également des morceaux correspondant à l’omoplate, à l’humérus et aux phalanges du cétacé, ainsi que des morceaux de côtes de la baleine, en plus d’autres fragments d’os.

Il a été découvert dans les années 1970 par Cárdenas Carretero lui-même dans la région de La Aceña et, en 2010, il a été cédé à la mairie pour son étude, sa conservation, sa protection et sa diffusion. Joaquín Cárdenas, Ildefonso Bajo Campos et Manuel Vicente Maestre Galindo ont également collaboré avec Joaquín Cárdenas au nettoyage, au montage et à la préparation de la diffusion coordonnée par le musée.

Ces vestiges font partie de la collection municipale exposée dans la salle de paléontologie du musée, retraçant le passé d’Alcalá entre 7 et 4 millions d’années, lorsqu’il n’y avait pas de terre ferme (entre le Miocène supérieur et le Pléistocène), et que ces terres submergées faisaient partie du détroit de Norbetic, entre l’Atlantique et la Méditerranée. Ainsi, des fossiles de coquillages et même d’animaux vertébrés, comme des dents de requins, dont certaines sont conservées à côté de la baleine exposée, peuvent souvent être observés dans les sédiments, en particulier dans la vase.

Les visites sont gratuites et ouvertes aux individus ou aux groupes, mais le musée offre la possibilité d’organiser des visites guidées pour les groupes, sur demande préalable.